Des idées pour vos crédences

Un peu d’histoire

Mais d’abord… qu’est-ce qu’une crédence ? Hé bien figurez-vous qu’en tant que cuisiniste, la crédence dont on parle n’est pas celle des origines. En effet, « crédence » a plusieurs acceptions. Elle était une table, une desserte dans les maisons princières, où l’on déposait la vaisselle qui allait servir au repas et les mets destinés aux goûteurs. Elle était également un buffet, du 15ème siècle au 18ème siècle, et parfois plus particulièrement la partie supérieure du meuble où l’on exposait assiettes, verres et plats précieux sur des étagères . Dans le domaine religieux, c’est une petite table où sont disposés les objets du culte.

Pour ce qui nous concerne, les cuisinistes, ce qu’on nomme « crédence » est la partie située au-dessus du plan de travail et sous les meubles hauts d’une cuisine (quand il y en a). Elle permet de protéger le mur des projections de graisse et autres éclaboussures. Elle peut aussi servir de support à des rangements types porte-couteaux, porte-épices, ou accessoires de décoration (petites plantes en pot par exemple). Au choix, elle peut occuper le mur entier ou seulement une partie, suivant l’usage que l’on en a ou l’effet décoratif qui nous inspire.

Car en effet, en matière de déco, il y a pléthore de styles ! Couleurs, peintures, matériaux différents, le choix est vaste et on peut se faire plaisir !

Quel matériau choisir pour sa crédence ?

On privilégiera souvent son choix en fonction de ses goûts. Normal… Mais attention, certains paramètres ne doivent pas être ignorés : résistance/fragilité du matériau, entretien, harmonie avec le reste des éléments de la cuisine (plan de travail, électroménager, couleur des murs etc. mais ça c’est une question de goût ;)

  • Le panneau de stratifié s’accorde la plupart du temps au plan de travail et forme une continuité avec ce dernier. Le stratifié offre une large gamme de coloris unis ou effets matière. Il est résistant et facile d’entretien.
  • Le bois, un matériau noble, chaud et élégant mais qui demande un traitement pour résister aux taches et à la chaleur.
  • L’inox est très contemporain et sa sobriété lui permet de se marier avec tous les styles. Il est résistant aux taches mais pour garder son lustre, il demande un entretien soigné. Une trace de doigts est si vite arrivée !
  • Le verre apporte de la lumière et reflète la cuisine et les accessoires alentour. Il se marie avec tout. Cependant, attention aux chocs !
  • La crédence en carrelage n’est plus très courante dans les cuisines modernes. Pourtant, les artisans designers ne cessent de proposer de nouveaux styles et on trouve une offre généreuse qui va du plus classique au plus actuel. L’avantage de la céramique est sa résistance à la chaleur et sa facilité d’entretien.
  • La pierre naturelle, quartz ou granit est très élégante. Elle s’accorde souvent avec le plan de travail constitué du même matériau. Elle est résistante aux déformations et à la chaleur.

Que met-on sur sa crédence ?

La crédence, on l’a dit, sert principalement à protéger le mur des projections disgracieuses de cuisson ou de l’eau. Mais suivant la taille que vous lui donnez, vous pouvez aussi en tirer parti et l’accessoiriser avec divers crochets, grille ou étagères. En effet, si vos ustensiles de cuisine sont jolis, élégants, colorés, nul besoin de les cacher ; au contraire, votre crédence peut les mettre en valeur pour peu que vous sachiez bien les disposer.

Une simple barre en inox pour accrocher présentoirs, étagère à épices et petits pots d’aromates

Et le prix ?

Ça part d’une centaine d’euros pour atteindre plusieurs milliers d’euros. Tout dépend du matériau choisi, de la taille et… du revendeur. Mais pour avoir un ordre d’idées, le stratifié est le moins cher et la pierre naturelle, l’inox et le bois, les plus onéreux.

Sources : le journal des femmes, SAGNE Cuisines, Gabrielle Laroche, Wikipédia, Proantic

Le cuivre dans la cuisine

Il fut un temps où le cuivre remplissait les cuisines de nos grands-mères (suivant l’âge que vous avez ;) évidemment !) Bref, pour ce qui me concerne, dans le vaisselier en chêne de la cuisine familiale, trônaient quelques belles assiettes bien disposées et au mur sur une grande étagère, savamment exposés, les cuivres… pichets, casseroles et autres objets en cuivre qui nécessitaient un entretien régulier pour renvoyer leur éclat alentour. Pour moi, ce matériau, bien qu’élégant, a toujours représenté l’époque « d’avant », celle où un jour dédié au nettoyage du noble matériau était de coutume ; « le jour des cuivres ». S’y collaient les domestiques des maisons bourgeoises ou plus simplement les femmes au foyer, comme mon arrière grand-mère, soucieuses de présenter un intérieur soigné. 

Bref, aujourd’hui, tout revenant à la mode, on trouve des objets en cuivre ou de couleur cuivre de toutes sortes : des contenants, des cadres, des incrustations, luminaires etc. Quelques exemples :

Tout bien sûr, n’est pas en cuivre véritable. Il s’agit d’ailleurs bien souvent d’un coloris cuivre. Nous chez SAGNE, on aime bien cette cuisine, un de nos tout nouveaux modèles : La Vogue Gloss dont les teintes chaudes cuivrées apportent une touche chic à l’ensemble de la pièce.

Les poignées en cuivre de l’Opéra sont élégantes et adaptables sur de nombreux modèles.

Vous trouverez pléthore d’objets neufs, design mais aussi beaucoup d’anciens remis au goût du jour, pour le plaisir de chacun. Le choix est vaste !

Nos sources : 3Suisses, Cadesdesign, Dornbracht, Marche sur mes yeux,  incipitlab, Bodum, the cool republic, maison à part

 

 

Installer son dressing

Préparer son projet dressing sur-mesure : les indispensables

1. Comment rangez-vous ? Vous pendez, empilez ? Vous saurez ainsi le type de meubles dont vous avez besoin.
2. Quelles mesures ? Déterminer l’espace alloué est primordial pour s’aventurer dans l’installation du dressing. N’oubliez pas l’accès à l’électricité (prises, interrupteurs) qui doit rester facile pour votre pièce ou pourquoi pas éclairer vos meubles !
3. Portes coulissantes, ouverture frontale ou pas de portes : tout dépend de l’espace disponible devant le dressing.
4. Votre style, celui qui vous va bien : couleurs et matériaux.

Petite pièce : rien n’est impossible !

Il faut juste être astucieux. On n’hésite pas à utiliser toute la hauteur des murs. On range ce qui nous sert le moins tout là-haut, sur des étagères, dans des boites, ou derrière des portes selon ce qu’on aura choisi. Si l’espace est vraiment petit, on peut même placer la tête de lit sous le dressing (en forme de pont) avec, de chaque côté, les étagères et la penderie et au-dessus du lit, ce dont on a besoin de temps en temps, genre linge de lit, serviettes etc. On privilégiera les teintes claires pour ne pas rétrécir la pièce.

Une pièce rien que pour ça !

Bon, ben là, c’est le rêve ! La pièce est totalement dédiée au rangement et tout est permis. Cela peut être aussi une partie de votre chambre, séparée par des portes vitrées, pour admirer votre garde-robe. Chacun ses occupations ;) ! Mais trêve de plaisanterie, il est vrai que c’est quand-même sympa de réserver une pièce au rangement. C’est pratique, cela évite le bazar dans la chambre, cela évite de chercher le petit haut qu’on veut mettre à tout prix ce matin et qu’ON NE TROUVE PAS parce qu’il est coincé entre 2 autres vêtements. Tout est pendu, rangé, visible ! En revanche, ce genre de dressing nécessite d’être organisé. Tout toujours à la même place, sinon, plus le dressing est grand, plus on cherche longtemps ! Tiroirs, étagères, penderies, boites, cintres spéciaux pour les pantalons… Oui, j’en veux un !


Le dressing … en général

On l’a dit, tout se joue en fonction de l’espace dont vous disposez. Choix de l’ouverture des portes, étagères, tiroirs, penderies ; nombreuses sont les combinaisons. Lorsqu’on privilégie l’absence de portes, il faut être ordonné et être un peu créatif : harmoniser les couleurs, disposer les volumes, jouer avec les accessoires… Mais si vous êtes incorrigible, optez pour un petit rideau ou style store pour camoufler votre capharnaüm ;) Un miroir est le bienvenu également : sur la porte ou à l’intérieur. En effet, on préfère ne pas aller courir à l’autre bout de l’appartement pour voir si ce que l’on vient de piocher dans le dressing est à notre goût. Accessoires appréciables (aussi dans la catégorie : une pièce rien que pour ça !) : les porte-cravates, les porte-chaussures, les porte-bijoux…


Vous voyez, ce ne sont pas les idées qui manquent ! Le mieux est d’aller chez un professionnel du meuble, familier du sur-mesure, qui saura vous conseiller et vous apporter tout son savoir-faire.

Sources : Centre technique de la literie, la foire de paris, Espace Ergas, DesignMag, Hinahinaz, Rutaahimsa, Archea, Angelicaminx, Madécoration, Wegherandassoc

Le design des années 50

La période est faste. Nous sommes au sortir de la guerre et tout est à reconstruire. Forcément, les idées foisonnent et une chose est à noter : le début de la publicité qui explique au consommateur pourquoi un produit est séduisant, moderne et à la mode.

Une phrase célèbre du designer français et expatrié aux Etats-Unis, Raymond Loewy, prend tout son sens dans ces années-là : « La laideur se vend mal. » ou encore « Il est inutile qu’un objet soit beau si on ignore qu’il l’est. » La publicité se met donc au service du design. Les modes, quand elles changent, écrasent les précédentes et relancent l’économie. Pour en revenir à monsieur Loewy, il est celui qui redessina la bouteille de Coca-Cola et l’immortalisa.

Dans les années 50, les lignes sont plutôt courbes, les couleurs très présentes.

Quelques exemples d’objets

La chaise Ombre de Charlotte Perriand 1955 et Le fauteuil Diamond de Harry Bertoia 1952

Le petit moulin à café Moulinex et la Démon-Table de Mathieu Mategot

Et sur 3 pattes, les lampes Akari 10A de Isamu Noguchi et les chaises fourmi de Arne Jacobsen

Et pour la petite histoire…

Le designer Nathan Chandler acheta en 2010 une maison construite en 1956. Quand il poussa la porte, la maison n’avait jamais été habitée. Et voici ce qu’il y trouva : une vraie cuisine des années 50 qui n’avait jamais servi. C’est juste magnifique !



C’était pour finir en beauté ;)

Sources et Crédits photos : Zendart Design, Artcurial, Incollect, Selency, Hive Modern, Deco.fr, Nathan Chandler

 

 

 

 

Un tiroir d’angle : le Space Corner

Aménager l’angle d’une cuisine n’est pas évident si on ne veut pas perdre de place. Blum a trouvé la solution. Fabricant de mécanismes spécialement dédiés à l’ouverture et à la fermeture de tiroirs, casseroliers et armoires, Blum s’est attelé au problème des angles et a réalisé un mécanisme adaptable aux modèles de cuisines proposés sur le marché. Chez SAGNE, Blum est l’un de nos partenaires ! Découvrez le Space Corner adapté sur l’un de nos modèles et visionnez cette vidéo (en anglais) qui présente le produit. Une petite traduction ci-dessous en résumé :

Dans la plupart des cuisines, les angles ne sont pas utilisés de manière optimale. Le Space Corner, le tiroir d’angle de Blum, bénéficie d’une sortie totale, ce qui permet en un seul coup d’œil de voir le contenu du tiroir dans son entier et de saisir facilement et sans se pencher ce qui s’y trouve, même dans le compartiment le plus éloigné de la façade. Des compartiments spacieux permettent d’organiser le rangement des couverts et autres objets. Quant à la fermeture, elle est silencieuse et douce, grâce aux amortisseurs Blum.

poubelle coulissante avec tiroir à l'anglaise

Poubelle de cuisine encastrée

Avant de jeter, bien consommer

Pourquoi déroger à la règle ? En ce début d’année, on fait des résolutions et on essaie – en général – d’améliorer les choses, pour soi et pour les autres. Quel rapport avec la poubelle me direz-vous ? Hé bien, trier ses déchets consciencieusement est, me semble-t-il, une belle résolution. Anti gaspillage, écologique, hygiénique, je ne vois pas une seule raison pour laquelle on serait contre. Cela ne demande pas non plus beaucoup d’efforts, juste un peu de discipline et on en prend vite l’habitude. Alors, le tout est de savoir quoi trier (ben…tout) ! Savez-vous que chaque année, en France, une personne produit environ 360 kg de déchets (1 kg par jour). Mais restons en cuisine et faisons attention à notre manière de consommer. Un petit exemple ;)

Une poubelle de tri pour bien recycler

Ensuite, au moment de jeter, on trie dans des poubelles spécialement conçues à cet effet. L’avantage d’avoir des poubelles de tri chez soi, c’est qu’elles sont de taille réduite (les odeurs n’ont pas le temps de s’installer), camouflées sous l’évier ou n’importe quel autre placard (ce n’est jamais très esthétique).

Le tri sélectif des déchets est devenu incontournable pour réduire le gaspillage alimentaire et assurer un recyclage de qualité.

Choisissez une poubelle qui s’encastre facilement dans un meuble de cuisine !

Elle doit répondre à toutes les normes d’hygiène et de fabrication tout en étant design et fonctionnelle.

Plusieurs volumes sont à disposition des ménages, suivant l’espace disponible et la configuration de la cuisine.

Voici quelques modèles intégrés :

La 1ère poubelle est intégrée sur le modèle MEGÈVE et la 2nde sur le modèle ÉPERNAY. Nos poubelles sont adaptables sur tous les modèles de la gamme.

Sources : Les équipements SAGNE pour la cuisine