Le cuivre dans la cuisine

Il fut un temps où le cuivre remplissait les cuisines de nos grands-mères (suivant l’âge que vous avez ;) évidemment !) Bref, pour ce qui me concerne, dans le vaisselier en chêne de la cuisine familiale, trônaient quelques belles assiettes bien disposées et au mur sur une grande étagère, savamment exposés, les cuivres… pichets, casseroles et autres objets en cuivre qui nécessitaient un entretien régulier pour renvoyer leur éclat alentour. Pour moi, ce matériau, bien qu’élégant, a toujours représenté l’époque « d’avant », celle où un jour dédié au nettoyage du noble matériau était de coutume ; « le jour des cuivres ». S’y collaient les domestiques des maisons bourgeoises ou plus simplement les femmes au foyer, comme mon arrière grand-mère, soucieuses de présenter un intérieur soigné. 

Bref, aujourd’hui, tout revenant à la mode, on trouve des objets en cuivre ou de couleur cuivre de toutes sortes : des contenants, des cadres, des incrustations, luminaires etc. Quelques exemples :

Tout bien sûr, n’est pas en cuivre véritable. Il s’agit d’ailleurs bien souvent d’un coloris cuivre. Nous chez SAGNE, on aime bien cette cuisine, un de nos tout nouveaux modèles : La Vogue Gloss dont les teintes chaudes cuivrées apportent une touche chic à l’ensemble de la pièce.

Les poignées en cuivre de l’Opéra sont élégantes et adaptables sur de nombreux modèles.

Vous trouverez pléthore d’objets neufs, design mais aussi beaucoup d’anciens remis au goût du jour, pour le plaisir de chacun. Le choix est vaste !

Nos sources : 3Suisses, Cadesdesign, Dornbracht, Marche sur mes yeux,  incipitlab, Bodum, the cool republic, maison à part

 

 

Le Design et sa petite histoire

Le design, qu’est-ce que c’est ?

Je suis certaine que chacun éprouve quelque difficulté à définir ce qu’est le design. On en a tous une vague idée mais avancer une définition précise et complète est un peu compliqué.  Pour la plupart d’entre nous, le design fait référence à un style, plutôt moderne, épuré, industriel et surtout, quand on pense design on pense beau. Vous allez découvrir à travers ces différents articles qu’à l’origine, la naissance du Design, part d’un réel besoin sociétal et qu’il évolue au fil des époques qu’il traverse. Les spécialistes du sujet s’accordent à dire que le design, au-delà de l’explication avancée précédemment, répond à un besoin humain, résout une problématique dans un contexte donné, utilise une technologie et une compétence artistique et de création.

Un peu d’histoire

Le design voit le jour au XIXème siècle, sans que le terme existe encore. La Révolution industrielle est en marche. C’est l’industriel allemand Mickael Thonet qui produit le premier un objet à grande échelle. Le problème lui a été posé par une entreprise : « créer des chaises pratiques, élégantes et peu encombrantes ». Son cahier des charges industriel est serré. Il en résulte la célèbre chaise Bistrot n°14, vendue à 50 millions d’exemplaires entre 1859 et 1914. Cette chaise est d’ailleurs toujours vendue par la marque.

1er objet réalisé à grande échelle par Mickaël Thonet 

C’est au début du XXème siècle que l’on peut parler de design, même si le terme n’apparaît que dans les années 50.

Aujourd’hui, les séries ont le vent en poupe et on peut se rappeler qu’elles aussi ont débuté au XIXème siècle. Alors pour parcourir  l’histoire du design en feuilletons, comme on les appelait à l’époque,  je vous propose cet été une petite histoire du design en commençant par la période située entre la fin XIXème (sa naissance) et le début du XXème siècle.

Fin XIXème – début XXème

Au début du XIXème siècle, l’Europe se met à l’ère de la production industrielle. Ce qui apparaît comme un progrès est tout autant une déshumanisation des conditions de travail. Les hommes, les femmes et les enfants se tuent à la tâche et travaillent jusqu’à leur mort, sans aucune protection sociale. Les objets construits ne sont pas pensés pour durer et ils sont dépourvus d’esthétique.

L’environnement pollué et suffocant des villes industrielles

On avance dans le siècle et c’est dans un contexte toujours difficile et morne que les premières réflexions sur le design font leur apparition. 2 esthétiques opposées voient le jour et marquent le monde des arts jusqu’au début de la 1ère guerre mondiale : L’Art Nouveau en France et Arts and Crafts en Angleterre. Les 2 mouvements partent d’un même constat : une production industrielle où la dimension esthétique est inexistante et niée dans sa capacité à changer le monde.

Arts and Crafts 1860 – 1910

Arts and Crafts, qui inspirera l’Art Nouveau, rejette la production industrielle de masse et valorise l’artisanat. La nouvelle organisation sociale en Angleterre, née de la Révolution industrielle, angoisse les Britanniques sur leur environnement, leur liberté individuelle et leur rapports sociaux. Défenseurs des ouvriers, les intellectuels et les artistes du mouvement estiment qu’un ouvrier ne peut bien vivre son métier que s’il prend part à chaque étape de la création de l’objet. L’art doit intervenir partout dans le quotidien : vaisselle, argenterie, mobilier, textiles… On est bien dans la définition du design en tant que réponse à un besoin. La Nature tient également une place très importante pour le mouvement Arts and Crafts. Travailler dans un environnement sain est primordial et nombreux sont les ouvriers-artisans qui quittent les villes pour retourner aux sources. Ils s’intéressent à la culture, découvrent la cuisine végétarienne… Le matériau naturel prend toute son importance.

Fauteuil réalisé en 1905 par Charles Limbert Factory, rare entreprise américaine Arts & Crafts. Cafetière William Morris, un des créateurs du mouvement.

Salle à manger réalisée par William Morris

L’art Nouveau 1890 – 1910

C’est un mouvement qui naît en France, en réaction aux dérives d’une industrialisation de masse, dépourvue de style et de beauté, froide. Les créateurs qui s’inscrivent dans ce courant pensent fondamental le retour à la nature. Contrairement à Arts and Crafts qui met l’artisanat sur un piédestal, le mot d’ordre est de magnifier l’objet industriel en le parant des formes et des couleurs inhérentes à la Nature. Les lignes sont courbes, élégantes et sensuelles. L’inspiration est organique, animale, végétale. L’Art Nouveau apporte une touche sensible aux objets et à l’environnement du quotidien. Il fait des émules et se développe dans de nombreux pays d’Europe, Allemagne, Autriche, Pays-Bas, Russie… Je pense à Horta en Belgique ou à Guimard à Paris, 2 représentants majeurs de l’architecture Art Nouveau. On estime qu’à l’aube de la 1ère guerre, le mouvement a atteint son apogée.

L’escalier de la maison d’Horta à Bruxelles

L’entrée du métro parisien et objets Arts Nouveau

Prochain épisode : les années 20 et 30

Sources et crédits : zendart-design, wikipédia, Driehausmuseum, Artsspot.com, muntpunt.be,  blog-esprit-design, barunsonenter.com, Soubrier antiquités

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l’éclairage dans la cuisine

Comment bien choisir l’éclairage pour sa cuisine ?

Lorsqu’on parle éclairage, bien souvent on pense luminosité d’une manière globale. Pourtant, selon où l’on se place dans la pièce, ou selon ce qu’on y fait, l’éclairage dont on a besoin n’est pas le même. Voici les différents types d’éclairage utiles dans une cuisine :

  • L’éclairage localisé

Il concerne les luminaires qui éclairent l’endroit précis où vous vous trouvez : au-dessus d’une table  sur laquelle vous prenez votre repas, au-dessus d’un plan de travail où vous préparez un plat ou d’un point de cuisson. On le trouve aussi à l’intérieur des meubles, bien pratique pour voir ce qu’on y cherche.

  • L’éclairage décoratif

C’est un éclairage qui est destiné à donner du relief à votre pièce et y apporter de la fantaisie plutôt qu’à vraiment l’éclairer. C’est souvent un éclairage doux, disposé à plusieurs endroits de la cuisine. Ce sont des appliques murales ou quelques points lumineux par le biais de lampes sur pied, de spots, de guirlandes… On l’a vu, à l’intérieur d’un meuble, la présence de lumière permet de voir facilement mais elle joue aussi sur l’esthétique et met en valeur l’ensemble des éléments.

  • L’éclairage ambiant

Il vient souvent du plafond mais peut également prendre sa source sur les murs. Sa lumière est douce et diffuse. Il éclaire l’ensemble de la pièce de manière uniforme, ce qui lui enlève la propriété d’un éclairage de précision utile pour effectuer certaines tâches et le relief qu’offrent les luminaires localisés. Il est pratique mais plat et sans charme s’il est le seul mode d’éclairage choisi. Mieux vaut lui adjoindre quelques sources lumineuses qui égaieront votre espace. L’idée étant de trouver de l’originalité dans l’offre commerciale ou avec ce qu’on peut faire soi-même ;)

Sources : Deavita, Sagne Cuisines, Bricobistro

 

 

 

Déco de Noël : les bougies

Hé oui, on y arrive ! Noël approche avec son lot de joie et de tracas. Que faire pour le dîner, comment décorer sa maison, quels cadeaux pour lui, quel cadeau pour elle…?

Je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne conçois pas de Noël sans bougies. La plupart du temps, je choisis de jolies bougies de couleur. Pas 36 sortes, non. Une couleur : un rouge très foncé par exemple, ou un jaune d’or. Le reste en blanc. Je les dispose un peu partout dans la maison, dans des bougeoirs, des candélabres ou des photophores. C’est très chouette ! Mais on peut aussi se donner un peu plus de mal et faire des compositions. Ça prend plus de temps mais le résultat est là. Voici quelques idées :

J’aime beaucoup les bougies sous verre. Le reflet sur la matière éclaire et produit une lumière tamisée dans le même temps. C’est très élégant.

Disposées sur un support type plateau, les bougies peuvent s’entourer d’une décoration traditionnelle mais tout est permis. Il faut innover !

Innover… justement. Les bâtons de cannelle sont de saison et diffusent un parfum agréable dans la pièce.

Sources : Design Mag

Suspension Syra by Bover - Architonic.com

Luminaires en suspension

Encore un article sur les luminaires !

Hé oui, je l’avoue, j’adore. J’ai toujours aimé ça. Mis à part l’indispensable fonction qui consiste à nous éclairer ou plutôt à rendre plus visible ce que l’on a besoin de voir – non, parce que, s’éclairer soi-même… faut avoir envie – je disais donc que mis à part cette fonction, la lampe devient un objet de décoration. 

J’ai fait le tour de quelques sites. Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Et comme il n’est pas interdit de rêver, voire de s’inspirer de ce qui existe déjà, j’ai choisi le chemin de l’esthétisme plutôt que du porte-monnaie. Enfin, une petit exception quand-même : les lampions.

Luminaires légers et colorés

Ces fameuses boules de papier ne sont pas chères du tout. J’en ai acheté récemment à ma fille pour égayer un studio tout blanc. Une boule jaune comme un soleil et une orange comme…une orange (allez hop !).

On trouve des lampes de 10 à 50 cm de diamètre. Une palette de couleurs des plus étendues et des prix très bas. Dans la cuisine, c’est parfait aussi. Attention, pas trop près des sources de chaleur ! Mais ça se marie avec n’importe quelle cuisine. Les lampions sont sobres, épurés, peuvent s’installer à des hauteurs différentes. Les combinaisons sont multiples. Je vous donne l’adresse d’un site très fourni et efficace. Court dans les délais de livraison et scrupuleux dans son conditionnement. J’ai testé.  

Dans les suspensions, on trouve aussi du beaucoup plus élaboré. En formes et en matières.

à suspendre au-dessus d’un bar ou bien d’une longue table, les lampes à installer en rang d’oignons. La lumière est partout, en petites touches. Elles sont en verre, en cristal, en béton (hé oui), en métal ou en laiton. Les formes sont variées et élégantes.

 

Au-dessus d’une table ronde ou carrée, une suspension unique qui illumine toute la surface. Demi-sphères, chandeliers, compositions de matériaux…

 

Et puis il y a les très originales…

 

Vous l’aurez compris, de nombreux modèles, à tous les prix, pour apporter une ambiance à votre cuisine et bien sûr partout où vous en avez l’envie.

Mon site préféré : Asteri pour le design, Skylantern pour les lampions
Modèle Syra by Bover disponible sur architonic.com