Comment choisir sa cocotte ?

Comment choisir sa cocotte ?

La cuisine de nos grands-mères, c’était souvent la cocotte !

Depuis quelques temps la cocotte des grands-mères revient sur le devant de la scène culinaire. Les plus jeunes redécouvrent les habitudes culinaires de leurs aînées et voient avec plaisir que certaines recettes traditionnelles redeviennent actuelles.

Mais choisir sa cocotte n’est pas si simple ! On trouve sur le marché différentes matières : la fonte, l’acier, la céramique, la terre cuite,  la vitro-céramique, le verre, voire le silicone, sans compter les cocottes avec ou sans revêtement… de quoi faire tourner la tête. Avant de se décider il peut être utile de déterminer quels types de plats vous désirez vraiment cuisiner.

Les principales cuissons que l’on peut réaliser avec une cocotte

  • La cuisson braisée
    Mode de cuisson traditionnel des grands-mères, le plus approprié avec une cocotte.
  • La cuisson mijotée
    Cuisson longue et douce qui fait partie intégrante de la cuisson précédente. Elle n’est pas toujours associée au rissolage des aliments en début de cuisson comme avec la cuisson braisée.
  • La cuisson à l’étouffée
    Cuisson la plus douce qui soit, elle permet de conserver le maximum de qualités gustatives et nutritives des aliments.
  • La cuisson rôtie
    Cuisson d’un plat en cocotte à découvert dans le four.
  • La cuisson à la vapeur
    La cuisson n’est traditionnellement pas réalisée dans une cocotte classique. Aujourd’hui, on peut trouver certaines cocottes rondes avec un panier vapeur.

Ceci dit le choix du matériaux est dépendant de critères particuliers souvent liés à nos pratiques culinaires.

La classique cocotte en fonte reste un must car elle permet un très bon rapport de diffusion de la chaleur, tant dans la durée que la régularité. Son vrai défaut reste le poids, surtout pour les grandes cocottes. On la trouve émaillée ou non émaillée ; cette dernière étant un peu plus délicate à nettoyer et pouvant s’oxyder avec le temps.

La cocotte en aluminium apporte la légèreté et cela peut être un avantage. Cependant, elle n’a pas les mêmes qualités techniques que la fonte, notamment la saisie qui est aléatoire et la concentration des sucs moins étendue. Elle comporte très souvent un revêtement anti-adhésif qu’il convient de nettoyer avec soin.

La cocotte en céramique existe dans différentes combinaisons, en terre cuite naturelle non émaillée, en céramique émaillée et en porcelaine culinaire, on peut trouver ainsi la cocotte de ses rêves. La céramique diffuse moins bien la chaleur que la fonte, donc diffuse doucement mais en répartissant uniformément la chaleur. Elle est adaptée pour réaliser une cuisson à l’étouffée ou de longues cuissons mijotées. Elle ne supporte pas l’induction sauf les nouvelles cocottes de la marque Revol.

La cocotte en acier émaillé : voilà une solution moderne toute en légèreté. Venue d’Amérique avec la célèbre marque Granitware, ce type de cocotte combine la légèreté et une cuisson rapide pour la saisie (peu adaptée pour mijoter). Le revêtement anti-adhérent sans PTFE est pratique mais demande un nettoyage minutieux.

La cocotte en verre est le grand classique pour nombre de cuisinières. En Pyrex ou en vitrocéramique, elle associe souvent couleur et modernité du design. Son avantage, c’est une hygiène irréprochable comparée à la fonte par exemple (porosité) mais son principal inconvénient c’est l’impossibilité de saisir les aliments, c’est la cocotte pour mijoter. Noter que son matériau la rend plus fragile que les autres cocottes.

Sources : Cocotte en fonte, Videlice.com,

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.