Cuisine à l’américaine vs. Cuisine fermée

On la sait ouverte. Voilà une certitude. Elle véhicule une image plutôt chic et son agencement demande un espace généreux. Elle doit être belle sous tous les angles et se marier harmonieusement avec le reste de la maison ; le séjour dans la plupart des cas. Bon, ça, c’est pour l’image idéale que l’on s’en fait. Je vous vois venir… Oui, aujourd’hui, le moindre petit studio est équipé d’une cuisine à l’américaine. Mais, dans les faits, cela se résume à un comptoir. Il y a des mots comme ça, quelque peu fantoches. Bref, cela me donne l’occasion de revenir à l’origine de la cuisine ouverte, dite cuisine à l’américaine… par les Français.

L’origine de la cuisine ouverte

Elle est à la mode et vous la pensez probablement récente ; quelques décennies peut-être. Que nenni ! Retour au tout début du XXème siècle, en 1908, 3 ans après l’avènement des cuisines équipées, où cet agencement apparaît dans les premiers logements sociaux créés par la société philanthropique « le Groupe des Maisons Ouvrières ».

A l’époque, les travailleurs pauvres de Paris s’entassaient souvent dans de petites maisons insalubres avec leur famille. Et la cuisine était l’endroit le plus sale de la maison, donnant la plupart du temps dans une courette sordide.  L’idée de la fondation était de loger tous ces pauvres gens dans des maisons bon marché. La cuisine ouverte présentait l’avantage d’un coût réduit car, nul besoin de mur ni de porte pour la séparer des autres pièces.

« Les logements ouvriers des ensembles Lefèvre et Daumesnil bénéficient d’une salle à manger avec cuisine « toute équipée », ce qui est une nouveauté, alors que les logements pour employés possèdent une salle à manger séparée, pièce « bourgeoise » destinée à la réception. Tout est pensé pour favoriser l’hygiène et habituer une population venant de taudis ou de logements malsains à la propreté. Alors que les normes minimales imposée aux habitations à bon marché les rendent souvent plus confortables que bien des habitations « bourgeoises », des organisations comme le GMO renchérissent, lorsque cela est possible, en fournissant l’eau (froide) courante ou les wc dans les logements. »

Pourquoi la cuisine ouverte devient-elle cuisine à l’américaine ?

Tout commence dans les années 60. La cuisine ouverte est jusqu’alors réservée aux classes populaires et pour la rendre plus attrayante, on la baptise « la cuisine à l’américaine ». Pourquoi ? À cause des séries TV et des films américains de l’époque qui montrent souvent des cuisines ouvertes sur le salon. Pourtant, ce n’est qu’illusion. En réalité,  la configuration était ainsi faite pour les commodités du tournage, tout en présentant l’avantage de magnifier la représentation de l’espace, en fonction de l’angle de vue choisi par le réalisateur. Et voilà ! Ce n’était donc pas un reflet de la réalité. Et pour confirmer tout cela, sachez que la plupart des cuisines aux États-Unis sont fermées. Hé oui ;)

Pourquoi la tendance reviendrait-elle à la cuisine fermée ?

Quelques témoignages sont apparus sur la toile en ce sens. Ce qu’ils en disent : dans une cuisine ouverte, vous vous sentez si bien que vous y passez votre temps, vos invités s’entassent autour du plan snack et n’en décollent plus, la télé vient progressivement s’imposer dans le paysage, bref, l’espace séjour ou le salon deviennent superflus. Dommage de se priver d’un bon canapé, d’un espace frais et sans odeurs… Aux États-Unis justement, la demande pour des appartements aux cuisines fermées augmente. Les nouvelles constructions incluent même souvent des portes coulissantes escamotables permettant de fermer la pièce cuisine ou la laisser ouverte.

Se séparer du reste de l’habitation permet de préparer tranquillement le repas, d’étaler sur le plan de travail plats, ustensiles etc. sans crainte du désordre, faire sa vaisselle bruyamment sans importuner l’entourage etc. Et comme je le disais, la cuisine ouverte accueillant toute la maisonnée, elle accueille aussi tout son bazar. Et le magnifique plan de travail de votre cuisine devient l’espace idéal pour y déposer tout et n’importe quoi. Ou alors, il faut être derrière chacun et faire le gendarme. Ça sent le vécu non ? No comment ;)

L’avenir nous dira comment évolue la tendance en France, souvent influencée par celle d’outre Atlantique.

Je vous recommande la lecture des articles suivants dans lesquels j’ai pioché ces informations. Particulièrement l’interview très riche de Monique Eleb, architecte et sociologue reconnue spécialiste de l’habitat, par Jérôme Alberola de Culture Cuisine. Également l’article du New-York Times qui s’appuie sur deux témoignages de femmes qui sont revenues des cuisines ouvertes et vous expliquent pourquoi avec humour.

Sources : Culture Cuisine, New York Times

Crédit photos et texte cité : Paris myope

 

2 réponses
  1. Julien
    Julien dit :

    Personnellement alors qu’au départ, je préférais les cuisines ouvertes, je commence à vouloir l’inverse. Au moins dans une cuisine fermée, si vous recevez des invités, on ne voit pas le vaisselle et les casseroles s’entasser… Vous avez le temps de ranger et nettoyer à votre aise après…
    J’aime la discretion qu’une cuisine fermée procure… Le but n’est pas de rester autour ou dans la cuisine mais comme vous le dites, profitez du salon et d’un coin relax…

    Répondre
    • Valérie Chelle
      Valérie Chelle dit :

      Hé bien moi, c’est pareil. On aime les grands espaces, on respire, on participe à la vie de la maison et puis un jour, on se dit que les odeurs, le bazar resteraient bien dans leur coin pour nous permettre de bien profiter de son confort tranquille et visuellement apaisant dans son salon.

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.